Aller au contenu
Retour à la page précédente

Foire aux questions

  • Si vous postulez en envoyant des candidatures spontanées, prévoyez au minimum trois mois.
  • Si vous trouvez une offre de stage qui vous intéresse, n'attendez pas pour répondre, vous démontrez ainsi votre motivation. De plus, les entreprises doivent s'organiser avant de recevoir un stagiaire.
  • Si la durée de votre stage est inférieure à deux mois, vous ne recevrez aucune gratification. L'entreprise peut tout de même vous en verser une, du montant qu'elle souhaite, mais cela reste facultatif.
  • Si votre stage est d'une durée supérieure à deux mois (7h = 1 jour, 22 jours = 1 mois), vous recevrez mensuellement une gratification d'un montant minimum égal à 15 % du plafond horaire de la sécurité sociale pour un temps plein. Pour la rentrée 2015, la gratification sera de 554,40 € pour un mois à temps complet.
     
  • Cette gratification ne comprend pas le remboursement des frais engagés pour effectuer le stage (restauration, hébergement, transports notamment) ! Les remboursements s'ajoutent à la gratification.
  • Non, la gratification de stage est exonérée d'impôts dans la limite du montant annuel du Smic soit 17 344,60 euros brut en 2014. Pour ceux qui perçoivent davantage, seul le surplus est imposable. Retrouvez les règles particulières d'imposition qui s'appliquent aux sommes reçues par les élèves.
  • Vous êtes autorisé à vous absenter pour vous rendre en cours ou pour d'autres obligations attestées par votre établissement (une visite médicale par exemple).
  • Vous devez informer à l'avance votre tuteur en entreprise. Il pourra ainsi adapter votre charge de travail et aussi ne pas s'inquiéter de ne pas vous voir arriver.
  • Au-delà de ces cas ou exceptions mentionnées sur votre convention, vous devez être présent dans l'entreprise.
  • Prévenez dès que possible votre tuteur en entreprise de votre absence ainsi que votre professeur.
  • Allez voir un médecin et demandez lui de vous faire un certificat d'absence.
  • Selon votre cursus, il vous sera éventuellement demandé de rattraper vos heures ou jours d’absence.
  • Vous n'êtes pas obligé de prolonger la durée initiale de votre stage. C'est à vous de voir s'il y a un réel bénéfice. En revanche, toute prolongation doit faire l'objet d'un avenant à la première convention.
  • Oui, dans tous les cas ! Elle précise les engagements et les obligations de l'entreprise, de l'établissement scolaire et de l'élève. Elle comporte des dispositions administratives et des annexes indispensables.
  • En cas de prolongation du stage initial pour une durée totale supérieure à 2 mois, consécutifs ou non, la gratification du stagiaire devient obligatoire.
  • La gratification est mensuelle et un rattrapage des sommes non acquittées pour la période écoulée devra être effectué dès la fin du 2ème mois.
  • Essayez d’identifier clairement pourquoi votre stage se passe mal. Si cela vient de la mission ou des tâches à effectuer, vous pouvez en parler directement à votre tuteur en entreprise et redéfinir ensemble vos tâches en partant de la convention. Vous pouvez également informer votre professeur si vous souhaitez qu’il intervienne.
     
  • Si le stage n'a aucun intérêt pédagogique ou si vous rencontrez des difficultés graves avec votre tuteur, vous pouvez éventuellement rompre votre convention de stage. Pour cela, prenez d’abord rendez vous avec votre professeur et exposez lui vos motifs. S’il donne son accord pour arrêter le stage, vous devez écrire une lettre officielle indiquant les raisons de cette rupture de convention.
     
  • Suite à cette rupture, votre professeur peut vous demander de trouver un autre stage ou décider de le reporter à une date ultérieure. A titre exceptionnel, il peut décider de valider le stage, même s'il n’a pas atteint la durée prévue obligatoire. Il peut, dans ces cas là, vous proposer une alternative comme la rédaction d'un rapport.

    Sur Onisep.fr , lisez notre article dédié : "Mon stage se passe mal, que faire ?"
  • Si votre tuteur est absent de façon imprévue pour plusieurs jours (maladie par exemple), demandez à un responsable de vous prévoir des tâches à effectuer, en lui reprécisant éventuellement ce que vous devez apprendre pendant votre stage. En revanche, n’utilisez pas des machines ou du matériel dangereux tout seul. Si cette absence se prolonge, contactez votre professeur pour le tenir informé de la situation et pour qu’il puisse voir avec l’entreprise si quelqu’un peut remplacer durablement votre tuteur.
     
  • Si votre tuteur a prévu d’être absent pendant votre stage (s’il prend des congés par exemple), demandez-lui de vous donner un certain nombre de tâches à exécuter pendant son absence et de vous indiquer quelqu’un d’autre dans l’entreprise qui va s’occuper de vous.
     
  • Dans tous les cas, votre tuteur en entreprise s’est engagé à vous former et à vous encadrer, prévenez rapidement votre professeur en cas d’absence répétée de votre tuteur ou tout autre fait qui empêche le bon déroulement de votre stage.
  • Un bon stage est celui qui vous permet de mettre en œuvre les connaissances acquises en cours pour les appliquer, les consolider et les compléter dans le monde professionnel.
  • De plus, il doit correspondre à votre formation et au secteur d'activité dans lequel vous souhaitez travailler plus tard.
  • Le tuteur est votre interlocuteur privilégié dans l'entreprise pendant votre stage et fait le lien avec votre établissement. Il lui revient de vous accueillir, de vous faire visiter les lieux, de vous présenter aux différents services et aux salariés. Il doit vous expliquer les règles intérieures à respecter (horaires, règles de sécurité, etc.). Il vous explique vos tâches à effectuer, organise votre travail et vous aide en cas de problème. Dans certains cursus, il va également vous évaluer pour l'obtention de votre année ou votre diplôme.
  • Il n’y a pas de durée légale minimum, mais généralement votre professeur ou votre cursus en impose un. Votre professeur peut également vous indiquer une durée maximum pour ne pas empiéter sur une reprise de cours par exemple. Dans tous les cas, la durée d'un stage ne peut pas dépasser six mois.

C'est dans l'annexe financière à la convention de stage que sont prévues les dépenses liées à l'hébergement, la restauration, le transport et l'assurance.

  • Les dépenses de transport peuvent être remboursées par l'établissement, dans la mesure de ces crédits, sur présentation de justificatifs. Si vous prenez les transports publics, l'entreprise doit vous rembourser la moitié de vos frais. Dans tous les cas, vous devez porter votre choix de lieu de stage vers une entreprise située le plus près possible de votre lieu de résidence.
     
  • Pour l'hébergement, il n'existe pas de possibilité pour votre établissement de vous verser d'indemnités de remboursement. C'est à vous de payer votre hébergement si votre lieu de stage ne vous permet pas de rentrer chez vous. Parfois, certaines entreprises proposent à titre gratuit un hébergement, mais cela n'est en aucun cas une obligation.
    A noter que si vous êtes un élève interne, vous pourrez bénéficier d'une remise d'ordre pour la durée du stage nécessitant un hébergement hors de l'établissement.

     
  • Pour les repas, tout dépend de votre situation initiale avec votre lycée.
    Si vous êtes un élève interne ou demi-pensionnaire, votre établissement peut régler directement l'entreprise qui vous accueille, si celle-ci peut fournir des repas aux élèves et dans un prix raisonnable.
    Si vous êtes un élève externe, l'entreprise doit vous faire accéder au restaurant d'entreprise ou aux tickets restaurants dans les mêmes conditions que les salariés.
    Dans les cas où il n'a pas été possible de trouver un accord, ou dans l'impossibilité pour l'entreprise de vous fournir un repas (pas de cantine par exemple), l'établissement peut verser une allocation aux familles ou aux élèves majeurs, dans la limite des crédits disponibles.
  • Pendant le stage, vous restez affilié au régime d’assurance sociale auquel vous avez souscrit lors de votre inscription dans votre école (si vous êtes mineurs, vous êtes rattachés au régime d'assurance sociale de vos parents en qualité d'ayant-droit). Vous êtes donc couvert contre les accidents survenant pendant le stage ou les trajets pour se rendre dans l’entreprise.